Ascoval, l’union sacrée

Sommaire

    Grâce à son expertise en matière de communication de crise, VP STRAT a pu accompagner le rachat d’Ascoval, fleuron de l’industrie française, par Liberty Steel avec France Rail Industrie. Aujourd’hui l’objectif est de constituer un pôle d’excellence en Europe sur l’acier et les rails verts.

    Un outil de production performant

    Créé en 2017, à partir d’actifs de Vallourec, Ascoval est un outil de production industriel moderne et hautement opérationnel. Aujourd’hui 250 salariés y travaillent dans la région des Hauts de France. Le site était destiné à alimenter les usines de ses deux actionnaires Asco Industries (ex. Ascométal) et Vallourec, jusqu’au moment de la liquidation d’Asco Industries en février 2018 et le retrait de Vallourec dans la foulée. «Nous avons dû passer d’un statut de coopérative en quelque sorte, à un nouveau modèle économique et commercial indépendant et ‘multi-clients’ », explique Cédric Orban, Président d’Ascoval.

    Sortir de la crise par le haut

    La direction et le personnel se sont battus, soutenus par l’administrateur judiciaire, pour le sauvetage de l’usine, avec le soutien conjoint de l’Etat et du CIRI. La région des Hauts de France avec Xavier Bertrand, et la métropole de Valenciennes ont également pris part à cette sauvegarde. Ce fut une véritable « union sacrée », portée par un administrateur judiciaire, qui selon Cédric Orban, « a tout de suite compris ce qui pourrait sauver l’entreprise ». Il ajoute : « À la fois garant de procédures appliquées à la perfection et capable de tester la justesse des arguments, il analyse les forces et les faiblesses, pour une sortie de crise par le haut ». Au total, près de 150 millions d’euros ont été investis dans cette usine au cours des dix dernières années, ce qui lui permet aujourd’hui d’être une source d’approvisionnement en acier stratégique en Europe.

    Un nouvel élan écologique

    L’équipe de direction arrivée en 2017 et conduite par Cédric Orban, a réalisé ces trois dernières années un travail de redressement exemplaire de cet outil industriel stratégique. Aujourd’hui, avec l’appui du groupe britannique Liberty Steel, qui vient de reprendre le site, l’équipe est bien partie pour lui donner un nouvel élan. L’objectif : permettre aux grandes entreprises de transports européennes comme SNCF Réseau et d’autres acteurs européens du transport, de s’approvisionner en rails verts, plus écologiques et moins émetteurs de carbone.

    Cette belle histoire a inspiré le réalisateur de documentaires Eric Guéret, qui en a fait un film, intitulé Le feu sacré et qui sortira en salles le 21 octobre 2020. L’administrateur y joue notamment son propre rôle.